Pour une question de style vestimentaire, tout le monde cherche à porter des tenues de mode et de très grandes marques. Cette concurrence que l’on n’arrive pas du tout à contrôler a un grand poids dans les économies des différentes institutions de la mode, à savoir les confectionneurs et les acheteurs. Cet article vient faire l’état des lieux et présenter la situation financière dans laquelle chaque institution se retrouve lorsque la course aux vêtements est lancée.

Quelle est la situation de l’institution des vendeurs ?

Lorsque le marché de la mode reprend des couleurs parce qu’une tenue qui fait le buzz vient de sortir ou parce qu’une chaussure ne cesse d’attirer les clients, la situation financière des vendeurs est tout autre que celle habituelle. En effet, on peut remarquer que le chiffre d’affaires des vendeurs augmente considérablement vu que chaque jeune se rue vers eux pour un achat. De plus, les marchandises s’écoulent très vite et en stock à certains moments. Il faut donc comprendre que la mode génère des revenus supplémentaires aux vendeurs de vêtements qui enrichissent leurs stocks et vendent à plein régime. Enfin, les nouveaux vêtements que la mode sort sont tellement chers que les vendeurs ont souvent un gros bénéfice là-dessus.

Quelle est la situation de l’institution des acheteurs ?

Dans les moments de promotion de nouveaux vêtements de la mode, on constate clairement que les acheteurs ont un budget de dépenses bien plus lourd que d’habitude, car ils sont tout simplement intéressés par presque tout et achètent assez de vêtements de valeurs. Ce constat est général et pousse à croire que le développement de la mode appauvrit petit à petit les clients, car ce ne sont pas eux tous qui ont une grande capacité financière. Certains sont pauvres, mais ne veulent pas se négliger alors, ils font tout pour acheter des vêtements chers qui les ruinent un peu plus à la longue.